investir vignoble
Publié le - 280 hits -

Investissement dans les grands crus : pourquoi privilégier les Bordeaux ?

La France dispose de nombreux vignobles et tous ont sur leurs terroirs des vins d’exception. Alors pourquoi dit-on que lorsque l’on souhaite investir dans le vin, les grands crus bordelais sont à privilégier ?

Un marché organisé

La société Patriwine, spécialiste de l’investissement dans les grands crus du Bordelais donne 4 raisons, sans pour autant dénigrer les autres régions.

En premier lieu, une très forte notoriété internationale. Les grands crus bordelais (Mouton-Rothschild, Pontet-Canet, Angélus, …) sont connus des amateurs du monde.

La deuxième raison tient au fait que le marché est organisé. Dans le Bordelais, les Châteaux disposent de grandes surfaces, souvent de 40 à 80 hectares (rarement plus de quelques hectares en Bourgogne). Ces terres permettent des récoltes suffisamment abondantes pour qu’elles s’adressent à un public allant au-delà d’un petit cercle d’amateurs initiés.

Le marché est dès lors très structuré. Les Châteaux produisent, mais ne commercialisent que très peu directement. La distribution est confiée à des négociants. Ces derniers disposent de leurs propres circuits de distribution (souvent des négociants étrangers) et ont la faculté de commercer entre eux. Il y a donc un second marché sur la place de Bordeaux.

La classification des vins

Pour la société Patriwine, les grands crus bordelais disposent ensuite d’un atout inestimable : un classement extrêmement lisible. En effet, il existe une classification officielle des vins de Bordeaux. Celle-ci a été établie en 1855 à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris et à la demande de Napoléon III. Elle détermine une hiérarchie allant du 1er Cru classé au 5ième Cru classé. Elle est exhaustive et resserrée : 88 Châteaux (61 rouge et 27 blanc).

Cette lisibilité est un avantage pour les grands crus bordelais car sa clientèle est internationale et ne connaît pas tout des subtilités des différents vignobles. Ainsi, on recense plus de 700 premiers crus en Bourgogne sans qu’il soit clairement exposé les raisons de cette distinction.

Enfin, dernier facteur : la transparence sur la qualité du millésime. Une des caractéristiques du marché bordelais est que tous les grands crus sont notés par des experts, que l’on appelle les critiques. Le plus connu de tous est l’américain Robert Parker. Là-encore, ces notes sont déterminantes lorsque la clientèle est internationale. Ces notes constituent les références. Ainsi, il ne sert à rien d’investir dans des grands crus si la note Parker est inférieure à 90/100. C’est une ligne rouge dans une sélection d’investissement.